fullscreen blog
 

Honda 500 XLS Mad'Dax

20150612 maddax© Pierre Le Targat

Remisé au fond de l’atelier après une douloureuse fin de carrière en offroad, ce vieux trail continuait de me faire de l’œil… La mécanique du gros mono, rustique mais joueuse, sera parfaite pour une nouvelle construction. En revanche la partie cycle va nécessiter pas mal d’attention une fois encore ! La roue avant d’origine en 23 associée à l’angle de chasse très approximatif, c’est efficace dans les chemins mais ça pique les yeux quand même ! J’ai pas trop de temps, zéro budget… Je me lance.

Une fois le cadre nu, je me surprends à en apprécier quelques courbes. Une fois n’est pas coutume, la partie arrière du cadre sera conservée (quoiqu’un peu modifiée quand même). Et c’est un peu à contrecourant, comme d’hab, que plutôt qu’une boucle arrière, Ed s’apprête à réaliser sa première boucle avant ! L’idée : retrouver l’esprit fun du Dax de la même marque, mais sur une machine à taille adulte.

Tandis qu’Alexis s’affaire à ranimer le moteur, je cintre et assemble les premiers tubes. Quelques heures de tige plus tard, l’engin est sur ses roues, pleines et polies, en provenance d’une HD. Il a déjà fière allure et remporte tous les suffrages à l’atelier ! On lui adapte une fourche, ou plutôt des fourches... Le bon compromis a été le suivant : des tube de BMW R65 (rien ne se perd) plongés dans des fourreaux de Yamaha XV 750, avec des tés maison et un étrier de Ténéré. Emballé c’est pesé ! Et surtout ça n’a rien coûté !

Le phare « racketté » chez mon pote Joe n’a pas coûté plus cher (du moins jusqu’à aujourd’hui !), de même que le feu arrière offert par l’administration pénitentiaire (cf. GSX 1100) et monté sur un truck de skate (négocié avec un gamin de ma rue la saison dernière).

Le moteur recevra tous les soins nécessaires avant de se parer du mythique bleu des big block Ford de la belle époque. Quelques attributs s’ajouteront pour créer la touche « drag » : pipe d’admission déportée hand made, commandes reculées de Terorist, découpe faming du carter de pignon et une pédale de vélo en guise de kick starter. Et du coup, l’autre bout du kick starter en guise de starter... Là je vous laisse quelques secondes pour réfléchir ! (voir ici)

Après avoir réalisé le tank en fibre siglé au logo de notre partenaire californien Lucky 13, on s’attaque aux demi-coques en poly qui seront directement inspirées du casque FRKNSTN qui m’a été offert par Hedon. Mais la matière que le fabricant de casque anglais utilise étant chère et difficile à se procurer j’opte pour l’alternative sac à patate ! Plus en phase avec mes finances… Modèle, moule et poly réalisés à quatre mains avec mon pote Joe. Le gars connait bien les résines, mais y insérer de la toile de jute, ça, il ne l’avait pas encore tenté !

Après s’être procuré la précieuse étoffe (dans une boutique beaucoup plus féminine que celles que j’ai l’habitude fréquenter) et avoir bien rigolé quand la vendeuse a crié à travers le magasin « MIREIIILLLE ! IL TE RESTE DE LA JUTE POUR LES 2 JEUNES HOMMES ? ", il ne manque plus qu’un coup d’époxy noir satiné sur le châssis et les pièces, deux jolies Avon fournies par notre partenaire, et des petites poignées vintage pour parfaire le look.

Now, let’s go to the beach! And let’s go faaaaast!

Toutes les photos ici (© Pierre Le Targat)

Mots-clés: Ed Turner, Custom, Moto, Atelier, Honda 500 XLS, Mad'dax, Beach cruiser, Lucky13